Accueil       Bois        Acier       Aluminium       Corrosion       Circuits imprimés        Electricité       Divers  

  Le Verre

Bien que cette page ne soit pas à proprement parlé une page sur le verre et sa transformation, elle présente en avant première la construction d'un tour de verrier. Ce tour, dédié à une application particulière, est un modèle unique mais son principe de fonctionnement ne diffère pas de celui d'un tour professionnel. Si j'ai construit cet appareil, c'est évidement pour réduire les coûts d'investissement dans la réalisation d'un projet dont mon ami Bruno Bourlet, informaticien, bricoleur ingénieux et collectionneur de TSF en est l'initiateur. Il s'agit de reconstruire des lampes triodes "TM" utilisées en TSF dans les deuxième et troisième décennies du siècle dernier. Je ne peux oublier de citer d'autres amis qui se sont impliqués généreusement, soit par leur idées soit par une collaboration directe dans la fabrication du tour et dans l'élaboration du projet "TM". Bruno Bourlet et moi même remercions très sincèrement René Lacroix, Yves Le Frapper, François Munoz, Bernard Charmillon, Charles Colliard, Pierre Lhuillier, Dominique Thevenin, PDG des établissements Lacroix (mécanique générale) et Guy Curt, chef d'atelier, le chantier naval Prométa, spécialiste de l'aluminium ainsi que les établissements Brioude. 

Principe général

Un tour de verrier est généralement constitué par un banc rigide en fonte sur lequel on trouve deux supports de mandrins appelés poupées. Chaque poupée est constituée d'une broche creuse sur laquelle peuvent être montés un ou deux mandrins. Les deux poupées peuvent être mobiles sur le banc mais souvent une reste fixe. Le dessin et la photo ci-dessous seront plus explicites que du texte.

La photo ci-dessus nous montre un gros tour de verrier équipé de deux mandrins.

 Le passage des broches est de 200 mm  Les deux poupées sont mobiles sur le banc. 

 

  Le tour présenté sur la photo suivante possède les mêmes fonctions, c'est à dire deux broches entraînées simultanément par un moteur à vitesse variable. Une des poupées est fixe alors que la deuxième se déplace sur des guides grâce à une vis sans fin. Les mandrins seront remplacés par des mandrins de tour à métaux aux mors transformés. Des douilles spéciales peuvent aussi être fixées sur les broches. La commande de la vis sans fin, actuellement en bout de banc, sera déplacée sur la façade avant du bâtît grâce à une transmission . On aperçoit sur le guide un chalumeau qui est orientable dans toutes les positions. Ce tour, construit en aluminium ne pèse que 40 kilos et a la possibilité de  travailler horizontalement ou verticalement, ce qui est un avantage très important . La vitesse de rotation finale varie de 10 à 80 tours minute. Un support d'outils sera fixé sur les deux guides de la poupée mobile. 

Au fil des jours la construction progresse. Je commence à voir le bout du tunnel. 

Les premiers essais de notre projet vont bientôt pouvoir commencer. Peut-être aurons nous besoin de faire des modifications sur ce tour, elles seront mentionnées sur cette page.

Les images ci-dessous nous montrent plusieurs détails de la construction:

 

Le chariot sur ses guides et sa vis sans fin ont été récupérés à la casse. Le banc est en tôle pliée. Ici, un rond plein en alu de 90 mm sert de guide pour aligner les support de broches.

 Les soudures sont réalisées avec un poste MIG.

 

  

 

Les tubes supportant les broches ne sont pas soudés afin de permettre un usinage plus facile et d'éviter ainsi les déformations dues à la soudure. Un tube coupé en deux sert de support.

La broche montée définitivement sur son palier tourne sur des bagues en bronze. Des bagues acier règlent le jeu longitudinal. Un filetage permettra à l'écrou de serrer les douilles. 

 

    

 

Entraînement de la broche mobile et fourchette de déplacement longitudinal. Arbre de transmission hexagonal et palier en bronze.

Motorisation 24 volts grâce à ce moteur d'essuie-glaces. Deux pignons et une chaîne assurent la transmission.

 

 

 

Entraînement de la broche fixe grâce à des poulies et une courroie trapézoïdale. Voici le tour dans sa position verticale. 

 

  

 

Dernière trouvaille, afin de ne pas mettre en contact verre et acier, les mors du mandrin sont transformés pour recevoir une portée en graphite.

Chose dite, chose faite. C'est bien un tube de verre que l'on voit serré. Attention toutefois de ne pas serrer trop fort.

 

 

Un autre mandrin plus petit et également transformé est désormais monté sur la poupée mobile.

 

 

 

 

 

 

Cette pièce en graphite constitue le moule qui donnera la forme des futures lampes. Usiner ce matériau est quelque peu noircissant.

 

 

Sur cette photo on peut voir l'ensemble des deux mandrins, le chariot longitudinal, le moule sur sont chariot transversal et même un essai de bulbe de lampe.

 Encore très imparfait, il reste maintenant à étudier la procédure de fabrication.

 

 

Retour à l'accueil